Tout savoir sur les hemorroides externes

0

Touchant un adulte sur deux, les crises hémorroïdaires sont une inflammation des veines situées au niveau du rectum et de l’anus, entraînant leur dilatation. Ce sont ces veines gonflées, généralement dues à une hausse de la pression dans cette zone, qui causent cet inconfort, ces douleurs ou ces saignements caractéristiques des hémorroïdes. On distingue deux types d’hémorroïdes : les hémorroïdes internes et les hémorroïdes externes. Dans cet article, nous allons nous intéresser aux hémorroïdes externes : leurs causes, leurs symptômes, les différents traitements, etc.

Les hemorroides externes, c’est quoi ?

Les hemorroides externes sont des veines dilatées situées sous la peau à l’orifice de l’anus. Elles sont facilement identifiables à la palpation ou à la vision grâce à la présence de protubérances autour de l’anus. On les appelle également « petite boule ». Ces protubérances sont en réalité des veines dilatées dues à des pressions excessives exercées au niveau de la région anale ou rectale. Les hémorroïdes externes sont plus douloureuses que les hémorroïdes internes en raison des nombreuses fibres nerveuses sensitives dans cette zone. Par conséquent, les risques de formation d’un caillot de sang sont aussi élevés. Les thromboses des hémorroïdes externes représentent environ 15% des cas. Ce qui reste assez élevé. Il est donc important de ne pas négliger ce problème.

Causes des hemorroides externes

Il n’existe pas de différences entre les causes des hémorroïdes internes et celles des hemorroides externes. L’un des premiers facteurs de l’apparition des troubles hémorroïdaires est l’alimentation. Si votre assiette se compose majoritairement de plats épicés, de plats préparés ou d’excitants (café, thé…), les chances que vous souffrez d’hémorroïdes sont élevées. La grossesse est aussi l’une des causes des hémorroïdes. L’augmentation de la pression sanguine et les changements corporels induits par la grossesse peuvent déclencher les crises hémorroïdaires. Le fait de rester assis trop longtemps ainsi que les sports excessifs, notamment ceux qui nécessitent d’adopter une position assise comme le vélo et l’équitation, sont aussi des facteurs déclenchants des crises hémorroïdaires.

Les symptômes des hemorroides externes

En général, on sait qu’on souffre d’hemorroides externes parce que la douleur est insoutenable, surtout lors de l’évacuation des selles. La douleur ressemble à des lames de rasoirs ou des piqures d’aiguilles. D’autres symptômes s’y ajoutent comme la présence de protubérances lors de la palpation. Les hémorroïdes externes peuvent aussi se manifester par des démangeaisons intenses, des sensations d’inconfort soutenues et des brûlures. Enfin, des saignements au moment de la selle peuvent aussi être visibles. A cause de tous ces symptômes, les hémorroïdes externes sont plus faciles à diagnostiquer que les hémorroïdes internes.

Des hemorroides externes de différentes formes, tailles et couleurs

Les hemorroides externes peuvent avoir des tailles différentes allant de quelques millimètres à trois centimètres. Parfois, il n’y a pas qu’une seule protubérance, mais plusieurs. Dans ce cas, on parle de saillies. En ce qui concerne leur forme, les hémorroïdes externes peuvent avoir une forme ronde ou ovale. Elles peuvent être aplaties. Leur texture peut être souple ou froissée. Enfin, en termes de couleurs, la couleur des hémorroïdes externes dépend du stade d’avancement des troubles. Si elles sont encore à un stade moins avancé, leur couleur est brune ou neutre. A un stade avancé, les hémorroïdes externes prennent une couleur rougeâtre, bleu foncé ou violet. C’est surtout à ce stade que les thromboses sont les plus fréquentes.

Les différents traitements des hemorroides externes

Il existe plusieurs traitements contre les hemorroides externes. Il y a d’abord les traitements oraux se présentant sous forme de crèmes, de pommades ou de suppositoires. Ils sont à base de corticoïdes ou d’anesthésiques locaux. Ils sont à appliquer localement sur les protubérances pour réduire les douleurs. En cas de thrombose, le médecin peut aussi prescrire des pommades anti-inflammatoires à base d’héparine. Il faut savoir que ces médicaments agissent uniquement pendant les crises. Ils n’ont aucun effet préventif. Ensuite, on distingue aussi les médicaments contre les hémorroïdes externes. Lorsque les douleurs sont insupportables, le médecin peut inclure dans le traitement la prise de médicaments anti-douleur ou anti-hémorroïde. Outre le paracétamol et l’ibuprofène, les personnes souffrant d’hémorroïdes externes peuvent aussi prendre des veinotoniques ou phlébotoniques pour traiter la crise. Ces derniers agissent en tonifiant les veines et en améliorant la circulation sanguine. Enfin, on distingue aussi les traitements naturels contre les hémorroïdes externes. Outre l’utilisation de plantes réputées pour stimuler la circulation sanguine, pour ne citer que le vigne rouge, le marron d’Inde et l’hamamélis, l’homéopathie et l’acupuncture peuvent aussi être envisagées pour soigner les hémorroïdes externes.

Quelques conseils pour se débarrasser des hemorroides externes

Douloureuses et gênantes, les hemorroides externes peuvent nous gâcher la vie. Fort heureusement, il est possible de s’en débarrasser en appliquant certains conseils comme le bain apaisant. Pour soulager la douleur et la brûlure, vous pouvez prendre un bain chaud pendant un quart d’heure trois fois par jour ou après la selle. Attention, évitez le bain moussant à base de produits chimiques. La membrane autour de l’anus est déjà fragilisée par l’inflammation. Elle est perméable à toutes substances. Un autre conseil pour se débarrasser des hémorroïdes externes est le bain de siège. Vous pouvez ajouter quelques plantes médicinales pour optimiser les résultats. Veillez à bien sécher l’anus avec une serviette douce après le bain. La vaseline peut aussi être d’une aide précieuse lors des crises hémorroïdaires. Avant d’aller aux toilettes, appliquez une couche de vaseline pour lubrifier la zone rectale et réduire la pression sur les muscles du rectum pendant et après la selle. Par ailleurs, évitez les vêtements et sous-vêtements serrés. Pour les hommes, les boxers sont à préférer aux slips. Les femmes, quant à elles, devront éviter les jeans moulants ainsi que les sous-vêtements synthétiques et les strings. Les vêtements serrés peuvent entraîner des lésions à cause des frottements. De plus, ils entravent la circulation sanguine et augmentent la pression au niveau des veines hémorroïdaires. Enfin, dites-vous que la prévention des crises hémorroïdaires commence par l’adoption d’une bonne hygiène de vie. Evitez les aliments trop épicés et les excitants. Misez plutôt sur les aliments riches en fibres comme les épinards, les fruits et les céréales. Par ailleurs, bougez-vous ! Faites du sport pour améliorer votre circulation sanguine et éviter la prise de poids qui augmente également la pression sur l’anus.

PARTAGER>>